Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Solidarité Palestine
  • Le blog de Solidarité Palestine
  • : Espace de soutien au peuple palestinien.
  • Contact

Profil

  • Solidarité Palestine 21
  • collectif 
Liens :
afps021@gmail.com
*******************************
ujfp21 ///
abecassisp@wanadoo.fr
*******************************
MAN ///
cd.noisette@wanadoo.fr
  • collectif Liens : afps021@gmail.com ******************************* ujfp21 /// abecassisp@wanadoo.fr ******************************* MAN /// cd.noisette@wanadoo.fr

rappel .. accès direct

31784 1444873558536 1134032907 1313401 3894607 n

 

action/pétition  en cours

n'hésitez pas à consulter le module Albums/Photos pour traductions de pétitions

Soutenons la résistance non-violente en Palestine

***********

non-au-massacre-de-gaza

********

solidarite-palestine21 Le blog de Solidarité Palestine

 actions

principales
INFORMER
PROTESTER
AIDER

clik sur ...!!!

historique/ présentation

********




  actions ventes/expos
sit in
débat
clik sur ...!!!

rappel Dijon ... Bil'in

********


nos actions
"coup de coeur"

clik sur ...!!!

rappel Dijon/Bil'in 

16/05/2008 place François Rude

***********

coup de coeur vidéo Bil'In


*********




POESIE LITTERATURE

clik sur ...!!!

INTERLUDE

***********

*********


calendrier événementiel

clik sur ...!!!

Programme  événement

*********

Recherche

brèves !!!!!!!

"Viva Palestina" est un convoi de 110 véhicules acheminant de l'aide à Gaza
sur l' initiative d'un Anglais, Georges Galloway.
Le convoi est passé en France, reçu par Noël Mamère, mais personne n'en a
parlé dans les medias : incroyable, non ?
110 camions ! Passés inaperçus !
Le long de son trajet , le convoi a été très bien accueilli dans tous les
pays, sauf en Tunisie où la population n'a pas eu droit à montrer sa joie,
et en Egypte où le passage s'est mal effectué : retards, mitraillage par un
faux gang du Fatah, pour discréditer l'initiative.


 ils sont arrivés, ce 9 mars 2009.

coups de coeur








vidéos
"coups de coeur"



sit in de soutien à Salah Hamouri


Salah Hamouri  a 24 ans


Bassem Ibrahim abu-Rahma
 mortally wounded



Tristan Anderson  toujours dans état critique


Ni'ilin 13 2 09


Manifestation soutien pr Gaza
à Dijon 10 01 09... .5 FIN




7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 12:15
“invité par le collectif pour une paix juste en Palestine.”
Dijon - Côte d'Or...

 

http://www.bienpublic.com/fr/images/get.aspx?iMedia=10728694

 

 

Le Bien Public.- Comment a évolué la situation à Gaza depuis le conflit de décembre-janvier?
Ziad Medoukh.- La situation à Gaza est toujours grave. Le blocus perdure. Lorsque nous étions sous les bombes en décembre et janvier dernier, nous avons beaucoup apprécié la mobilisation populaire en France et ailleurs dans le monde. Depuis mon arrivée en mars en France, je pense que l’opinion publique française a beaucoup évolué en faveur de la cause palestinienne. Il ne faut pas oublier que c’est d’abord une cause de justice: là-bas, il y a une souffrance, une humiliation.


LBP.- La division entre Hamas et Autorité palestinienne pèse-t-elle sur l’avancée des choses?
Z.M.- La division interne, entre le Hamas et l’Autorité palestinienne ajoute à un malheur dont la cause première est l’occupation israélienne. En Palestine, aujourd’hui, il y a deux projets : l’un porté par le Hamas dans la bande de Gaza, l’autre par l’Autorité palestinienne. Israël a participé à cette division en coupant les territoires palestiniens en deux régions isolées, la bande de Gaza et la Cisjordanie. Il faut que les Palestiniens parviennent à un consensus. Pour l’instant ce n’est pas le cas et la population civile continue de souffrir et de résister.


LBP.-Vous êtes enseignant. Quelle réalité vivez -vous aujourd’hui à Gaza ?
Z.M.- Pendant l’offensive de l’hiver dernier, la population de Gaza a vécu trois semaines terribles. 30 % des infrastructures ont été détruites par les bombardements israéliens. Pourtant, il y a une volonté de continuer à vivre. Les Palestiniens n’ont rien à perdre aujourd’hui. À Gaza, il y a une double résistance : contre l’occupation, mais aussi contre les difficultés liées au blocus imposé depuis juin 2007. Les Palestiniens sont restés à côté des ruines de leurs maisons. On compte 18 000 tentes dans la bande de Gaza où logent ces gens. On interdit l’entrée des matériaux de construction à Gaza. Pourtant, cette société palestinienne continue malgré tout à miser sur l’éducation. Trois jours après la fin de l’agression israélienne, le 21 janvier, les cours ont repris. Pourtant, quinze écoles ont été détruites, les trois universités de Gaza avaient été touchées par les bombardements. L’éducation est devenue une forme de résistance non-violente en Palestine. À Gaza, de l’extérieur on peut avoir l’impression que les choses n’avancent pas mais il y a de l’espoir. On sait que le conflit israélo-palestinien ne trouvera pas de solution par la voie militaire, la seule solution, c’est la paix et la population palestinienne s’adaptera.


LBP.-Pensez-vous que le Président Obama peut contribuer à faire évoluer l'approche du dossier Israélo-palestinien?
Z.M.-C'est vrai que par rapport à Georges Bush il y a une différence mais le plus important pour nous, c'est le concret. Les belles paroles d'Obama ont-elles levé le blocus sur Gaza? Non. Ont-elles gêné la colonisation? Non. Je pense que tant qu'il n'y aura pas vraiment une pression forte de la communauté internationale sur le gouvernement israélien, nous n'aurons jamais vraiment la paix. Il faut être conscient d'une chose importante : nous, Palestiniens, ne réclamons pas la lune, nous demandons l'application des lois internationales et des résolutions des nations-unies.


LBP.-Peut-on encore y croire?
Z.M.-Nous avons perdu la terre, la maison… il nous reste une seule chose : l'espoir. Lorsqu'on est sur place, on voit qu'il y a des raisons d'y croire, malgré les montagnes de difficultés auxquelles les populations sont confrontées. A Gaza, il y a un attachement très fort à la terre. En Cisjordanie, malgré le mur qui sépare les villageois de leurs villages, les élèves de leurs écoles, les paysans de leurs terres, il y a une volonté de continuer. Les paysans continuent de cultiver leurs terres. Les élèves se lèvent à 5 heures du matin, en raison du mur et des check-points qui vont les retarder pour se rendre à leurs écoles. Ils font trois heures de trajet par jour pour arriver à l'école. Cela, c'est un signe positif. Il faut saluer le courage des femmes palestiniennes lors de la guerre de l'hiver dernier. Il y a une forme de résistance par la non-violence qui se développe, à travers l'émergence d'une société civile. La détermination, le courage et la patience sont des forces pour la société palestinienne.


LBP.-Vous dirigez le département de français de l'université d'Al-Aqsa. Pouvez-vous nous en parler?
Z.M.-Il faut savoir que l'apprentissage du français, c'est un choix stratégique pour nous. Pour des raisons historiques, la Palestine est plutôt anglophone. L'arabe est la langue maternelle mais l'anglais est la première langue étrangère. La Palestine a été placée sous mandat britannique de 1918 à 1948, date de la création de l'Etat d'israël. Mais depuis 1996 et l'arrivée de l'Autorité palestinienne, il y a une volonté de développer l'apprentissage du français. C'est devenu aujourd'hui la deuxième langue étrangère. Pour nous, le français est une langue d'espoir. Enseigner cette langue, c'est un signe d'ouverture vers la France et vers l'Europe. Notre département, à l'université Al-Aqsa, a été créé en 2 000, avec le concours du consulat général de France à Jérusalem. Notre université est la première à avoir ouvert un département de français et c'est le seul département mixte de l'université. C'est un département d'avenir, qui essaye de faire beaucoup de choses. Il est parvenu à établir des liens entre jeunes palestiniens et jeunes français.


LBP.-A quelles difficultés êtes-vous confronté au quotidien, à Gaza?
Z.M.- Vivre à Gaza aujourd'hui, cela veut dire être privé de beaucoup de choses. Pour 1,5 millions de Palestiniens, ce sont des coupures d'électricité permanentes, une pénurie de produits alimentaires, de médicaments, le manque de carburant. Nous vivons un quotidien très difficile. Pour un universitaire, c'est une souffrance permanente. Normalement, je commence ma journée à 8 heures du matin. Avant, avec les moyens de transport, je pouvais quitter ma maison à 7h45, mais aujourd'hui, je dois me lever à 6h30 pour marcher jusqu'à l'université. Je marche un quart d'heure mais lorsque j'arrive à l'université, j'ai en face de moi des étudiants qui ont marché deux heures pour venir suivre les cours. Taxi et bus ne fonctionnent pas. A l'université, en raison du blocus, on manque parfois de fournitures scolaires, mais, à chaque fois on s'adapte. Des étudiants se partage les livres. C'est en cela que je dis que l'éducation est devenue une forme de résistance. Les universitaires souffrent beaucoup, mais ils s'adaptent.


LBP.-Vous avez créé un Centre de la paix. A quoi sert-il?
Z.M.-C'est un centre qui se veut pratique, avec beaucoup d'échanges. Nous faisons régulièrement appel à des spécialistes de la non-violence et nous inculquons certains principes à nos étudiants. Le rôle de l'université ce aussi d'attirer les étudiants pour qu'ils ne tombent pas dans les mains des extrêmistes. Nous sommes le bastion de la résistance non-violente contre l'occupation. Notre Centre de la paix tente de proposer des éléments d'espoir dans une région désespérée. Le Centre de la paix continue de fonctionner, malgré les difficultés.


LBP.-L'existence d'associations telles que France-Palestine Solidarité est-elle vitale pour vous?
Z.M.-Nous, les Palestiniens de l'intérieur, nous comptons beaucoup sur les sociétés civiles de pays comme la France. Il faut reconnaître que beaucoup de représentants de la communauté internationale "politique" ou "officiels" gardent un silence complice par rapport aux Israéliens. Les société civiles, c'est tout ce qui nous reste à l'extérieur de Gaza. Les militants qui continuent à se mobiliser, à interpeller leurs élus sont très importants. Ils font un travail remarquable sur le terrain.

 

pour le collectif pour une paix juste en Palestine

 

http://www.bienpublic.com/fr/accueil/article/2050473,1275/L-education-est-une-forme-de-resistance.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidarité Palestine 21 - dans témoignage
commenter cet article

commentaires

programmation et RDV

Soutenons la résistance populaire
non-violente en Palestine
Rassemblement, comme chaque premier vendredi du mois, de 17h à 18h, place F. Rude.
Prochain rassemblement : vendredi 6 décembre 2013

 

et ...

  saluons à cette occasion

le départ de Dijon de l'un de nos fidèles camarades Daniel Noisette

 

********** 

A 20h 30

Vendredi 1er octobre 2010

  Conférence –débat animée par

Taoufiq Tahani

« Le développement de la résistance populaire et non-violente en Palestine »

Salle Agrippa d’Aubigné

14 bd de Brosses DIJON

Entrée libre

 

********** 

 

Vendredi 1er octobre 2010

De 17h à 18h, place François Rude

Rassemblement de soutien à la résistance populaire et non-violente palestinienne,

**********

Ziad Medoukh, qui dirige le département de français de l’université de Gaza,
sera de passage à Dijon, le lundi 5 octobre.

Présence possible du  Bien Public et contact pris avec FR3 et les radios dijonnaises.

On notera la présence du Collectif Solidarité Palestine 21

Pouvoir dialoguer avec un habitant de Gaza étant une opportunité à ne pas manquer !!


**********

Le prochain rassemblement de soutien à Bil’in, Ni’lin,…
aura donc lieu le vendredi 2 octobre 2009,
place F. Rude de 17h 30 à 18h 30
.

  les médias sont invités
à une conférence de presse
à 17h 30, place F. Rude
.

 

**********

Conférence débat sur Le Conflit Israélo Palestinien avec Marie Jo Parbot ......

Le mercredi 17 juin
 20 heures
A Quétigny,
Salle Nelson Mandela

**********
Le collectif local de soutien
de Salah Hamouri
sera présent le 5 juin place du Bareuzai, à Dijon l'occasion du sit in mensuel de soutien à Bil'In.

venez nous rejoindre la situation actuelle de Salah est préoccupante  voir derniers articles ...


http://salah-hamouri-collectif-21.over-blog.com/

**********

CONCERT GOSPEL
AMNESTY INTERNATIONAL
SINGAL GOSPEL FUNK PROJECT # 1
JEUDI 16 AVRIL 2009.
THÉÂTRE DES FEUILLANTS à DIJON
20H30


**********


conférences :

1° Nahal Chahal, initiatrice e
t organisatrice des missions
des “internationaux”
en Palestine occupée  (CCIPPP)

 “analyse du conflit, perspectives.

Le vendredi 20 mars à 20 heures à la Maison des Associations.

2°Barbancey, journaliste à l’Huma : Gaza
Le mardi 30 mars, à 20 heures, Maison des Associations.
 **********


Dans le cadre de la Semaine Nationale d’Action contre le Racisme, le MRAP propose, le 21 Mars prochain, la projection
 du film « Dans la Vie »
 de Philippe Faucon,
 film sorti en 2008.


Cette projection aura

lieu au cinéma Eldorado,

à 16h, et sera suivie

d’un débat pour les personnes

intéressées par le sujet. 


**********

Le 9 février,

Ciné/citoyens,47,rue Devosges

projection du film
Iron Wall et discussion.

  **********
Film sur Chomsky.
Eldo, 20 heures 30, le 31/1/09.
Venue de Mermet pour présenter.
Toutes les places sont déjà prises.
L’AFPS/UJFP tiendra un stand de produits palestiniens à l’entrée.

 
**********
 Samedi 24 Janvier 15 H00
rassemblement  devant
 la préfecture de Dijon.
A l'appel du ...
Collectif 21
pour une Paix Juste
et Durable
entre Palestiniens et Israéliens


**********

Le collectif pour une paix juste appelle
à une manifestation pour la Palestine
le 5 décembre,
à Dijon,
Place du Bareuzai,
à 17 heures.
Venez nombreux !

**********

 

29/11/2008
Soirée Palestine, en partenariat avec la M J C  de Chenôve.
Soirée festive et musicale avec le trio Salameh (oud, chant et percussions)
Ambiance arabo/andalouse
Ventes de produits palestiniens.
MJC
7, rue de LONGVIC
21000-CHENOVE
Tel : 03/80/52/18/54


**********

Du 28/11/2008 au 14/12/2008
MJC de CHENOVE
Exposition photographique "Jérusalem dépouillée"  :
Exposition ouverte
tous les jours ouvrés,

de 14 à 19 heures.