Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Solidarité Palestine
  • Le blog de Solidarité Palestine
  • : Espace de soutien au peuple palestinien.
  • Contact

Profil

  • Solidarité Palestine 21
  • collectif 
Liens :
afps021@gmail.com
*******************************
ujfp21 ///
abecassisp@wanadoo.fr
*******************************
MAN ///
cd.noisette@wanadoo.fr
  • collectif Liens : afps021@gmail.com ******************************* ujfp21 /// abecassisp@wanadoo.fr ******************************* MAN /// cd.noisette@wanadoo.fr

rappel .. accès direct

31784 1444873558536 1134032907 1313401 3894607 n

 

action/pétition  en cours

n'hésitez pas à consulter le module Albums/Photos pour traductions de pétitions

Soutenons la résistance non-violente en Palestine

***********

non-au-massacre-de-gaza

********

solidarite-palestine21 Le blog de Solidarité Palestine

 actions

principales
INFORMER
PROTESTER
AIDER

clik sur ...!!!

historique/ présentation

********




  actions ventes/expos
sit in
débat
clik sur ...!!!

rappel Dijon ... Bil'in

********


nos actions
"coup de coeur"

clik sur ...!!!

rappel Dijon/Bil'in 

16/05/2008 place François Rude

***********

coup de coeur vidéo Bil'In


*********




POESIE LITTERATURE

clik sur ...!!!

INTERLUDE

***********

*********


calendrier événementiel

clik sur ...!!!

Programme  événement

*********

Recherche

brèves !!!!!!!

"Viva Palestina" est un convoi de 110 véhicules acheminant de l'aide à Gaza
sur l' initiative d'un Anglais, Georges Galloway.
Le convoi est passé en France, reçu par Noël Mamère, mais personne n'en a
parlé dans les medias : incroyable, non ?
110 camions ! Passés inaperçus !
Le long de son trajet , le convoi a été très bien accueilli dans tous les
pays, sauf en Tunisie où la population n'a pas eu droit à montrer sa joie,
et en Egypte où le passage s'est mal effectué : retards, mitraillage par un
faux gang du Fatah, pour discréditer l'initiative.


 ils sont arrivés, ce 9 mars 2009.

coups de coeur








vidéos
"coups de coeur"



sit in de soutien à Salah Hamouri


Salah Hamouri  a 24 ans


Bassem Ibrahim abu-Rahma
 mortally wounded



Tristan Anderson  toujours dans état critique


Ni'ilin 13 2 09


Manifestation soutien pr Gaza
à Dijon 10 01 09... .5 FIN




17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 10:23

 

Publié le 17/11/2010

LE BIEN PUBLIC reçoit l'AFPS21

afps21-bp.JPG

Chaque mercredi, un bénévole qui donne de son temps pour une association nous parle de son engagement.

Aujourd’hui, Raphaël Planteet Michel Garneret.


L’AFPS (Association France-Palestine solidarité) 21est une association laïque de quarante “militants” qui comprend des juifs, des chrétiens, des musulmans et des athées.

Elle a pris partie pour la Palestine où le droit n'est pas respecté. « Il y a un agresseur, un agressé, un occupant et un occupé, un territoire en voie de disparition victime de discriminations diverses.

On n'a pas demandé l'avis des Palestiniens expatriés de leurs terres. À ce jour, plus que 11 % du territoire leur appartient. Le peuple palestinien est soumis à l'occupation, à l'exil, à Gaza depuis quelques années, à l'enfermement avec le mur construit autour de la Cisjordanie...

Cela légitime notre prise de position.

L’AFPS se structure en fonction des événements pour apporter son soutien aux Palestiniens.

Pour survivre de façon durable, nous avons en projet d'intégrer la plantation de palmiers dattiers dans la vallée du Jourdain, cela constitue une ressource essentielle. On ne se sent pas le droit d'abandonner ce peuple. Des parrainages d'enfants et l'aide aux femmes de Gaza sont mis en place.

Tant qu'Israël poursuivra l'occupation et la colonisation, illégales au regard du droit international, nous poursuivrons notre solidarité.

Chaque premier vendredi du mois, nous sommes présents place du Bareuzai pour informer sur notre mouvement. »

INFO

 Maison des associations, rue des Corroyeurs, BP AA1, 21068 Dijon Cedex.

Mail 

afps21@wanadoo.fr/.

Source

http://www.bienpublic.com/fr/votre-region/grand-dijon/article/4154424/Nous-sommes-pro-justice.html

Repost 0
Published by Solidarité Palestine 21 - dans presse
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 08:28

dijOnscOpe

Récit du voyage des trois marcheurs Dijonnais sur Gaza

Le Caire... toujours nid d'espions?

par Hanaë Grimal | dijOnscOpe | ven 29 jan 10 |

 

Partis rejoindre 1400 autres marcheurs pour Gaza fin décembre 2009, trois Dijonnais se sont confrontés à la réalité du terrain... Durant tout leur séjour, il leur sera effet impossible de franchir la frontière égyptienne de Rafah et donc d'accomplir la mission qu'ils s'étaient fixés : "Marcher dans Gaza pour une manifestation non violente qui brisera le blocus illégal". Face à eux, le gouvernement via les policiers égyptiens s’oppose à leur initiative. Jeanne-Marie Jacquemond, l'un des trois marcheurs, revient sur cette apparente mésaventure... qui ne se révèle pas un échec pour autant, tenant son lot de rebondissements comme dans tout bon film d'espionnage.

Cette "Gaza Freedom March", comment s'est-elle organisée ?

"C'est une association américaine, "Code Pink", qui en est à l'origine. Le but étant de lancer cette marche avec les coalitions internationales les 31 décembre 2009 et 1er janvier 2010, afin de marquer la date anniversaire des 22 jours d'attaque d'Israël sur Gaza l'an passé. En tout, il y avait 1.400 personnes dont 500 Français, issus du groupe EuroPalestine et d'un collectif regroupant plusieurs associations, notamment l'Association France Palestine Solidarité dont je fais partie. Parallèlement, une autre marche devait partir de Jérusalem pour se rendre au nord de Gaza et ainsi nous rejoindre de l'autre côté du mur.

Sauf que tout ne s'est pas passé comme prévu...

Non, en effet... Avant de partir, nous avions suivi des formations organisées par notre collectif, durant lesquelles nous avions reçu des consignes : comme par exemple de ne pas manifester en Égypte pour ne pas gêner l'opposition égyptienne qui nous avait aidés à venir. Le gouvernement égyptien ne voulait de rassemblement nulle part, pas même dans les hôtels où nous logions. Avec Malika, nous sommes arrivées le 26 décembre au Caire, dans un vieil hôtel du centre ville. Vous avez lu le roman "L'Immeuble Yacoubian" d'Alaa El Aswany ? C'était un peu ça. Sur le toit, il y avait une terrasse où était aménagée une petite cafétéria. Pour s'y rendre, il n'y avait qu'un minuscule ascenseur, pas d'escaliers ! Rapidement, nous nous sommes rendus compte que des policiers en civil nous observaient sur cette terrasse, de même qu'en bas dans le hall : à longueur de journée et de nuit, ils faisaient des rondes. Bref, nous étions particulièrement surveillés donc pour se réunir, nous le faisions dans les chambres. Nous avons tenté de faire une AG (=assemblée générale) à la cafétéria mais le directeur de l'hôtel nous a demandé d'arrêter, sur ordre de la police.

Tout cela ressemble de loin à "0SS 117 : Le Caire, nid d'espions" ! Sauf que vous ne deviez pas rester au Caire mais partir par petits groupes pour El-Arish, à 40 km de la frontière avec Gaza, par transports en commun. Avez-vous réussi à vous rendre au moins là-bas ?

Et bien finalement non, car la police nous a interdit de prendre les transports en commun en prétextant que c'était trop dangereux pour nous là-bas. Nos organisateurs ont donc décidé de louer des cars. Ils en ont trouvé cinq, de manière plus ou moins clandestine : du coup, tous ont été dispersés aux quatre coins de la ville et nous sommes partis le plus rapidement possible pour ne pas laisser le temps à la police de réagir. Mais le temps de sortir du Caire et de faire une vingtaine de bornes, elle était là, à nous attendre... Nous sommes restés dans le bus, très calmes, tandis qu'il y avait des négociations. Soit nous restions toute la nuit dans le bus, avec peu de chance de passer le lendemain, soit nous rentrions au Caire. C'est ce que nous avons décidé de faire en se disant que nous ferions une grande conférence de presse sur une place de la ville une fois arrivés. Sauf que les chauffeurs de bus avaient reçu l'ordre de nous déposer là où ils nous avaient pris le matin : c'est-à-dire aux quatre coins de la ville ! Étant donné que nous étions escortés tout le long du retour, ils n'avaient pas franchement le choix. Donc la grande conférence de presse était fichue !

A ce moment là, nous sommes le 28 décembre 2009. Que décidez-vous de faire avant le 31 décembre ?

Certains ont tenté de partir par petits groupes en taxi pour El Arish. Ils sont rapidement revenus après s'être faits arrêter. Ensuite, un car a été négocié par les Américains avec Mme Moubarak (la femme du président égyptien). Prioritaires, ces derniers ont tout de même offert une place pour l'un des membres de chaque collectif étranger. Nous avons été prévenus au dernier moment : à trois heures du matin, nous disions précipitamment au revoir à notre "envoyé spécial", sur la terrasse de l'hôtel. C'était un beau moment. Mais au départ du bus, un policier s'est adressé aux personnes à l'intérieur du car en leur disant qu'elles étaient les "élus" et que les autres, dehors, n'étaient que de la racaille. Il s'agissait bien entendu de nous pousser à bout, c'était de la manipulation. Mais personne n'a souhaité partir dans ces conditions. Surtout que les Égyptiens voulaient les faire passer pour des humanitaires alors que ce n'était pas le cas : il s'agissait avant tout de dénoncer certaines choses ! Bref, les Égyptiens ont réussi leur tour et ont pu dire que nous ne souhaitions pas réellement partir...

En partant de France, saviez-vous que vous n'arriveriez pas au bout de votre voyage ?

Je dois reconnaître qu'on s'en doutait un peu mais nous espérions arriver au moins à El-Arish. Là, c'était un peu la déconfiture... Mais parallèlement, le groupe EuroPalestine, environ 300 personnes parmi lesquels notre troisième Dijonnais, est arrivé au Caire : il n'avait réservé aucun hôtel et devait partir aussitôt en car pour El-Arish. Ils s'étaient donnés rendez-vous devant l'ambassade de France. Toute la journée, ils ont attendu leur bus, qui n'est finalement jamais venu. Ils ont alors décidé de faire un sitting devant l'ambassade. La police est intervenue et les a déplacés sur la limite du trottoir : 90 mètres de long sur 4,5 mètres de large. Entourés par deux rangées de policiers, ils sont restés sur ce trottoir durant cinq jours et cinq nuits. Nous sommes bien sûr allés les voir par solidarité. Au fil du temps, l'endroit est devenu un vrai lieu de rassemblement et de réflexion. Les médias locaux étaient bien obligés de parler d'eux car ils squattaient l'une des artères principales de la ville. Les gens savaient donc ce qu'ils faisaient là et ils klaxonnaient en passant devant eux, en signe de soutien. Même les policiers ont fini par les laisser aller et venir dans la ville, en laissant une petite brèche ouverte dans le cordon de surveillance... Avec d'autres méthodes que celles de notre collectif, beaucoup plus démonstratives, ils ont réussi à faire parler d'eux.

De votre côté, que décidez-vous de faire ?

Nous avons voulu organiser une manifestation devant l'ONU mais l'idée n'a pas été retenue par la coordination des marcheurs. Ensuite, il y a eu une manifestation de journalistes égyptiens qui dénonçaient la venue du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. Certains d'entre nous les ont suivis après avoir eu leur accord. Le soir du 31 décembre, nous avons organisé sur le toit de notre hôtel une conversation sur Skype avec Gaza. Nous avons parlé avec un représentant du comité palestinien des droits de l'homme qui nous a remerciés de notre démarche, soulignant qu'il regrettait de ne pas avoir pu nous recevoir... Le lendemain, nous avons rencontré la société civile égyptienne, l'opposition politique au gouvernement, de manière très confidentielle : nous avions rendez-vous à un angle de rue dans un quartier très populaire de la ville... Avec eux, il a été convenu de travailler ensemble à une plateforme de réflexion et de garder contact.

Mais tout était fini : vous deviez rentrer le lendemain, non ?

Oui. Mais ensuite, nous avons appris qu'un convoi humanitaire parti d'Angleterre allait passer par la porte de Rafah du 3 au 6 janvier. Avec Malika, nous avons donc décidé de prolonger notre voyage pour essayer de profiter de cette opportunité. Nous avons quitté notre hôtel en jurant de revenir le soir et nous avons pris un bus en direction de Port-Saïd, au nord du pays. A chaque fois qu'il y avait un contrôle d'identité, notre cœur ne faisait qu'un bond. Finalement, nous avons rejoint Port-Saïd puis nous avons traversé le canal de Suez en taxi pour arriver au nord du Sinaï dans l'idée de rejoindre Rafah, une fois de plus. C'est seulement au 3ème check-point que nous avons finalement été refoulées. Nous sommes rentrées à Port-Saïd, dans une auberge de jeunesse où nous avons pu vraiment rencontrer les Égyptiens. C'était une belle dernière journée, tranquille et calme contrairement au reste de notre voyage. Nous avons pris notre avion le lendemain...

Avez-vous vécu ce voyage comme un échec ?

Pas du tout ! Nous avons fait parler de nous, nous avons rencontré des gens... L'Égypte a tout fait pour nous faire échouer, cela est certain. Et on suppose que ce n'était pas seulement pour notre "sécurité". Nous pensons en effet qu'ils ne voulaient pas que l'on voit le gigantesque mur en construction à Rafah : en acier, le mur ferait 14 km de long et 20 ou 30 mètres de profondeur (pour éviter les tunnels). La construction a d'ores et déjà commencé, selon les Égyptiens de l'opposition que nous avons rencontrés, qui serait plus importante que le barrage d'Assouan. Les États-Unis financeraient le mur.

Repost 0
Published by Solidarité Palestine 21 - dans presse
commenter cet article

programmation et RDV

Soutenons la résistance populaire
non-violente en Palestine
Rassemblement, comme chaque premier vendredi du mois, de 17h à 18h, place F. Rude.
Prochain rassemblement : vendredi 6 décembre 2013

 

et ...

  saluons à cette occasion

le départ de Dijon de l'un de nos fidèles camarades Daniel Noisette

 

********** 

A 20h 30

Vendredi 1er octobre 2010

  Conférence –débat animée par

Taoufiq Tahani

« Le développement de la résistance populaire et non-violente en Palestine »

Salle Agrippa d’Aubigné

14 bd de Brosses DIJON

Entrée libre

 

********** 

 

Vendredi 1er octobre 2010

De 17h à 18h, place François Rude

Rassemblement de soutien à la résistance populaire et non-violente palestinienne,

**********

Ziad Medoukh, qui dirige le département de français de l’université de Gaza,
sera de passage à Dijon, le lundi 5 octobre.

Présence possible du  Bien Public et contact pris avec FR3 et les radios dijonnaises.

On notera la présence du Collectif Solidarité Palestine 21

Pouvoir dialoguer avec un habitant de Gaza étant une opportunité à ne pas manquer !!


**********

Le prochain rassemblement de soutien à Bil’in, Ni’lin,…
aura donc lieu le vendredi 2 octobre 2009,
place F. Rude de 17h 30 à 18h 30
.

  les médias sont invités
à une conférence de presse
à 17h 30, place F. Rude
.

 

**********

Conférence débat sur Le Conflit Israélo Palestinien avec Marie Jo Parbot ......

Le mercredi 17 juin
 20 heures
A Quétigny,
Salle Nelson Mandela

**********
Le collectif local de soutien
de Salah Hamouri
sera présent le 5 juin place du Bareuzai, à Dijon l'occasion du sit in mensuel de soutien à Bil'In.

venez nous rejoindre la situation actuelle de Salah est préoccupante  voir derniers articles ...


http://salah-hamouri-collectif-21.over-blog.com/

**********

CONCERT GOSPEL
AMNESTY INTERNATIONAL
SINGAL GOSPEL FUNK PROJECT # 1
JEUDI 16 AVRIL 2009.
THÉÂTRE DES FEUILLANTS à DIJON
20H30


**********


conférences :

1° Nahal Chahal, initiatrice e
t organisatrice des missions
des “internationaux”
en Palestine occupée  (CCIPPP)

 “analyse du conflit, perspectives.

Le vendredi 20 mars à 20 heures à la Maison des Associations.

2°Barbancey, journaliste à l’Huma : Gaza
Le mardi 30 mars, à 20 heures, Maison des Associations.
 **********


Dans le cadre de la Semaine Nationale d’Action contre le Racisme, le MRAP propose, le 21 Mars prochain, la projection
 du film « Dans la Vie »
 de Philippe Faucon,
 film sorti en 2008.


Cette projection aura

lieu au cinéma Eldorado,

à 16h, et sera suivie

d’un débat pour les personnes

intéressées par le sujet. 


**********

Le 9 février,

Ciné/citoyens,47,rue Devosges

projection du film
Iron Wall et discussion.

  **********
Film sur Chomsky.
Eldo, 20 heures 30, le 31/1/09.
Venue de Mermet pour présenter.
Toutes les places sont déjà prises.
L’AFPS/UJFP tiendra un stand de produits palestiniens à l’entrée.

 
**********
 Samedi 24 Janvier 15 H00
rassemblement  devant
 la préfecture de Dijon.
A l'appel du ...
Collectif 21
pour une Paix Juste
et Durable
entre Palestiniens et Israéliens


**********

Le collectif pour une paix juste appelle
à une manifestation pour la Palestine
le 5 décembre,
à Dijon,
Place du Bareuzai,
à 17 heures.
Venez nombreux !

**********

 

29/11/2008
Soirée Palestine, en partenariat avec la M J C  de Chenôve.
Soirée festive et musicale avec le trio Salameh (oud, chant et percussions)
Ambiance arabo/andalouse
Ventes de produits palestiniens.
MJC
7, rue de LONGVIC
21000-CHENOVE
Tel : 03/80/52/18/54


**********

Du 28/11/2008 au 14/12/2008
MJC de CHENOVE
Exposition photographique "Jérusalem dépouillée"  :
Exposition ouverte
tous les jours ouvrés,

de 14 à 19 heures.